08 juillet 2008

Hurlements, insultes et pompiers

Origine : Italie

Ages : 17 ans

Le printemps arrivait ! Et les zozios migrateurs passent ! Du Nord au Sud, du Sud au Nord, d’Est en Ouest, d’Ouest en Est… Non, pas les oiseaux, les zozios ! Qui sont-ils ? Les groupes scolaires ! Véritable chassé croisé ! Et nous sommes dans une ville étape pour beaucoup.

Qu’est-ce qui est le pire ? Le tapage et les dégâts provoqués par les chères têtes (pas si souvent) blondes, ou l’indifférence de certains profs ? Tapage nocturne ? Les autres clients n’ont qu’à changer d’hôtel, les riverains de rue ! Une chambre saccagée ? Ce ne sont pas leurs poussins qui ont fait cela ! A tel point que nous sommes obligés de faire venir, de plus en plus souvent, la police pour constater les dégâts et les obliger à payer !

Lorsque ces hordes passent, tout le personnel voudrait prendre ses vacances, et le poste de nuit, pourtant sollicité par plusieurs d’entre nous, est alors redouté ! Cette semaine était ma semaine de nocturne. Bon, plusieurs groupes, bruyant sans plus, bien encadrés, me faisaient espérer en une prise de conscience de la part des gardent chiourmes.

Tu parles !

Ils sont rentrés de la discothèque à presque 3 heures du matin. Cris, hurlement dans les couloirs ! Les profs s’en foutent. Soudain… déclenchement de la sirène incendie ! Une fois encore, ils l’ont déclenchée ! C’est leur joujou favori ! Et cette s... de sirène ne voulait pas stopper ! Une fois de plus ! Garder mon sang froid ! D’une main essayer de la bloquer, de l’autre, le téléphone pour rassurer et calmer les autres clients, et contacter les pompiers pour les prévenir de la mauvaise plaisanterie. (L’an passé, un collègue n’a pas eu le réflexe, et 5 camions de pompiers étaient arrivés sirènes hurlantes) Gentiment, ils m’ont proposé d’envoyer une équipe pour essayer de neutraliser la sirène. Au bout de 10 minutes, la sonnerie s’arrêta enfin !

Contrairement aux autres groupes, tous étaient descendus dans la réception. Véritable volière hurlante, si fort que vous ne vous entendez plus penser ! Lorsque j’étais au téléphone, pour rassurer les autres clients, j’ai dû littéralement « gueuler » un « SILENCE » pour avoir un peu de calme. Le silence ! Et des yeux ronds sur moi. Comment un tel cri avait pu sortir de ma gorge ? Car pour être fort, il l’a été ! Entendu à l’autre bout de la rue ? Ou de la ville ?

La prof responsable arrive. Ulcérée du tapage de la sirène. Je lui dis donc que c’est encore un coup des jeunes. Crime de lèse-majesté ! Comment avais-je l’outrecuidance d’accuser ses poussins (en comparaison, l’agneau qui vient de naître à l’âme noire comme le derrière d’un loup !) ? Elle leur a quand même demandé « Est-ce vous, mes chéris, qui avez fait cela ? Le vilain monsieur de la réception vous accuse ! » Comme s’ils allaient avouer ! « Ce n’est pas eux ! Ils le jurent ! Comment osez-vous les accuser ?» (suivi de quelques insultes polies)

Je fais le tour des « coups de poings » et constate que c’est celui du premier étage, entièrement occupé par le groupe (qui occupait tous les étages jusqu’au quatrième).

« Comment osez-vous encore accuser mes poussins ? Ce sont vos autres clients ! ils sont descendus des étages pour faire accuser mes petits chéris »

Ah ? des personnes âgées qui seraient descendus du 6e au milieu des gamins, sans être vus, et uniquement pour jouer à ce jeu infantile ?

Pour la première fois de ma carrière, j’ai perdu mon sang froid ! devant l’agressivité et les cris de cette folasse ! Dialogue houleux dans 3 langues différentes, ! (Elle faillit s’étrangler de rage lorsqu’aux pompiers, arrivés entre temps, j’ai expliqué les faits et accusé les angelots)

Au bout d’une heure, elle a fini par admettre, la possibilité éventuelle, de la responsabilité de son groupe, admettant qu’effectivement, vu les conséquences le responsable n’allait pas avouer… Mais au fond d’elle-même, elle n’est pas prête de l’admettre !

Et son école ne reviendra pas de si tôt car le montant des autres dégâts faits dans les chambres (certainement fait volontairement et en douce par le groupe du troisième âge du 6e ) fit que leur caution avait fait un superbe régime amaigrissant !

Posté par arcadio à 09:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Hurlements, insultes et pompiers

    Je ne voulais pas croire un ami lorsqu'il me parlait des groupes scolaires... mais je suis descendu dans un hôtel où il y avait un groupe... je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit !

    Les profs ne faisaient rien, et les veilleurs n'ont aucun pouvoir ! sauf d'appeler la police pour tapage nocturne ! 450 Euros par chambre bruyante....

    Posté par Thami, 23 juillet 2008 à 22:11 | | Répondre
Nouveau commentaire